Nos labels

L'Agriculture biologique | Ecocert - Qualité-France | FNIVAB

Les 8 producteurs de vins ont tous obtenu le label AB.

logo Agriculture biologique

La notion d’agriculture biologique, introduite en France après la Seconde Guerre Mondiale, fut officialisée en 1980 par la Loi d’Orientation Agricole (LOA). Quant au terme « agriculture biologique », il n’est apparu qu’en 1991 dans le règlement européen rendant alors officiel ce mode de production (règlement CEE du Conseil n°2092/91 du 24 juin 1991 pour les productions végétales). Dans le cadre de l’agriculture biologique, la production vinicole doit suivre les règles suivantes :

  • l’utilisation de produits chimiques de synthèse, d’OGM, de pesticides, de fongicides et de désherbants est interdite
  • les produits transformés se composent d’ingrédients agricoles biologiques et d’ingrédients non agricoles tels que les additifs et les arômes
  • les éventuels compléments non biologiques sont définis dans l’actuel règlement européen

> Qu’est-ce que l’Agriculture Biologique ?

L’Agriculture Biologique est l’un des cinq signes officiels d’identification de la qualité et de l’origine, avec:
  • L’AOC (ou AOP - Appellation d'Origine Protégée) qui garantit une qualité résultant d'un terroir,
  • L'Indication Géographique Protégée, (ou IGP) qui garantit un lien entre un produit et son territoire,
  • La Spécialité Traditionnelle Garantie, qui garantit un produit traditionnel,
  • Le Label Rouge, qui garantit un produit de qualité supérieure.
L'Agriculture Biologique garantit une qualité attachée à un mode de production respectueux de l'environnement et du bien-être animal. Elle est fondée sur quelques grands principes, posés par une réglementation européenne adoptée en 1991, et remaniée en 2007:
  • la rotation des cultures, fondement même d’une utilisation efficace des ressources du sol,
  • des limites très strictes sur l’utilisation de produits phytopharmaceutiques, engrais de synthèse, antibiotiques, additifs, auxiliaires de transformation et autres intrants,
  • l'interdiction des Organismes Génétiquement Modifiés,
  • l’utilisation des ressources de la ferme : par exemple le fumier comme engrais ou des aliments produits sur place pour les animaux d’élevage,
  • le choix d’espèces végétales et animales résistantes aux maladies et adaptées aux conditions locales,
  • l’élevage en plein air et en libre parcours et l’alimentation des animaux d’élevage avec des aliments d'origine biologique,
  • des pratiques d’élevage adaptées aux différentes espèces animales.

> Qu’est ce que la viticulture bio ?

Tout d’abord, il faut savoir que les produits bénéficient de la dénomination Bio seulement après une période de conversion des parcelles pendant un minimum de 3 ans, destinée à éliminer les éléments CONTRAIRE à l’éthique Bio.

Le processus de production de raisin Bio implique un contrôle physique de l’exploitation, tous les ans, par un Organisme Certificateur indépendant, agréé par le Ministère de l’Agriculture et le Ministère de l’Economie et des Finances.

La production de raisins Bio suppose également le respect de pratiques spécifiques, respectueuses de l’environnement, telles que le travail du sol, l’ensemencement d’engrais verts, fertilisation à base de produits naturels (fumier, compost végétaux et animaux, minéraux), et évidemment, l’interdiction absolue d’utiliser des produits chimiques de synthèse.

> Pourquoi du bio ?

La production de vins Bio répond à une vraie demande du marché français.
En effet, 90% des consommateurs pensent que les produits Bio sont « plus naturels » car cultivés sans produits chimiques. De plus, ¾ d’entre eux considèrent le Bio comme une solution d’avenir.
Si l’on demande aux français pourquoi ils consomment du Bio, 3 réponses se démarquent : premièrement pour préserver leur santé, puis pour la qualité et le goût des produits, et enfin pour être certains que les produits soient sains.
Alors que les produits Bio les plus consommés sont les fruits et légumes (plus de ¾ des consommateurs Bio en achètent), la consommation de vin est encore en phase de croissance, puisque seulement 3 consommateurs sur 10 en achètent.

La législation du label AB